Accueil Gadgets Après sa sortie de prison / Soul To Soul parle : «...

Après sa sortie de prison / Soul To Soul parle : « Ce qui nous est arrivé est inexplicable… Pardonnons »

13
0


SOULEYMANE KAMARATÉ KONÉ DIT SOUL TO SOUL, CHEF DE PROTOCOLE DE GUILLAUME SORO

Sorti de prison à la faveur de la grâce présidentielle du chef de l’Etat, Souleymane Kamagaté dit Soul To Soul parle. Il se déclare sans rancœur et appelle tous ceux qui ont subi les mêmes sorts à pardonner, en faisant table rase du passé.

Grâce à Dieu, ma mère a épousé mon combat. Elle ne m’a fait aucune pression pour que je puisse reculer. Au contraire, elle me disait “tu es mon fils, c’est moi qui t’ai mis au monde, il ne faut pas trahir’’. C’est pour cela que moi, je vais vous demander, au nom de tous nos amis, il faut qu’on pardonne. Allons au pardon. C’est grâce à vous que nous avons tenu. Vous ne nous avez jamais abandonnés.

Chers frères et sœurs de la COC, au nom de tous mes amis, de tous mes frères, compagnons, qui viennent d’être libérés, on vous dit merci. Nous ne méritons pas votre merci, mais c’est Dieu qui le mérite. On vous demande de vous associer à nous pour dire merci à notre leader, Guillaume Kigbafori Soro. Je lui dis merci. On dit souvent que Soul est brave, Soul est fidèle, Soul est sincère, Soul est courageux, mais c’est vous qui êtes les plus courageux, les plus fidèles. C’est pour cela que moi, je vais vous demander, au nom de tous nos amis, qu’on pardonne. Pardonnons. Ce qui nous est arrivé est inexplicable, ça dépasse notre entendement.

Pour les croyants, c’est au niveau de la spiritualité. Pourquoi à ma sortie, je me suis incliné pour dire merci à Dieu. C’est parce qu’il m’a tout donné. Nous sommes en Afrique où nous connaissons la pression familiale. Grâce à Dieu, moi, ma mère a épousé mon combat. Elle ne m’a fait aucune pression pour que je recule. Elle m’a demandé de ne jamais trahir. “C’est vrai, je souffre mais il faut continuer. Quand tu as ce soutien, que fais-tu ? Peut-être que les autres qui nous ont quittés n’ont pas eu la chance de résister. Nos amis ont craqué. Ils ont fait la prison avec nous, ils ont mené des combats. Pardonnons. Ce qu’on peut leur reprocher, quand tu parles, il faut te taire. Nous sommes sortis sans haine, sans rancune, sans rancœur. Mettons-nous au-dessus. Donnons-nous la main, c’est une leçon de vie que Dieu nous a donnée. Si Dieu ne l’a pas voulu, ce qui nous est arrivé ne serait jamais arrivé.

C’est le destin. Et puis, moi, je suis très mal placé pour ne pas pardonner, puisque tous nos présidents nous ont mis en prison. A la FESCI, n’ai-je pas fait la prison sous feu le vieux Bédié ? En 2000, j’ai fait la MACA avec Ally Couliblay, Kafana, Jean-Philippe Kaboré, feu H, Jean-Jacques Béchio. Moi-même, mon papa est venu me mettre en prison deux fois. Contre qui vais-je me fâcher ? Son fils bien aimé, il l’a envoyé en exil et l’a condamné à perpétuité. Il y a des choses qui sont inexplicables. Ça dépasse notre entendement. Ça va au-delà de la spiritualité. Pardonnons. Il est temps que nous soyons forts pour pouvoir mener le combat. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici